Photoshop, Illustrator, InDesign différences

Photoshop, Illustrator et InDesign sont trois logiciels (applications) créés par Adobe®. Ces trois applications offres des avantages, performances, facilités de travail dans de nombreuses réalisations numériques. Pour donc comprendre les différences entres ces trois logiciels (Photoshop, Illustrator, InDesign), il est fondamental dans un premier temps de connaitre quelles sont les utilisations premières de ces 3 logiciels créés par Adobe®.

Une fois que nous auront étudier les utilisations premières de ces trois logiciels nous seront aussi en capacité de répondre simplement ou pas à cette question : « quelle est la bonne application à utiliser pour un travail donné ? ».

Vidéo officielle d’Illustrator, Photoshop, InDesign par Adobe®

Photoshop, Illustrator, InDesign : les utilisations premières de ces logiciels

Qu’est-ce que Photoshop ?

Photoshop est un logiciel de retouche photo, et pour être encore plus précis de retouche d’images matricielles.

Vidéo officielle de Photoshop par Adobe®

Cela veut dire quoi : que Photoshop nous permet de faire pratiquement ce que l’on veut sur les images matricielles que nous avons, exemple : changer les couleurs, détourer, réparer, changer des parties d’une image, faire de la composition d’image, lui inscrire du texte, … à condition que celles-ci soient composées à la base de pixels (images numériques matricielles).

Dans la retouche d’images matricielles, rentre aussi en compte la notion de Définition, Résolution et de Taille qu’il faut alors maitriser si l’on veut donc savoir agir parfaitement sur nos images matricielles avec Photoshop.

Formez-vous sur Adobe Photoshop : Retouchez vos images, créez des montages...

A savoir : Pour une formation de base sur Photoshop (niveau 1) permettant à toutes personnes* de découvrir le logiciel dans ces fonctions de base (détourer des parties d’une image, corriger quelques imperfections, ajuster les couleurs) et de pouvoir tout de même progresser tout seule par la suite (exemple à travers des tutoriaux sur Internet), compter un minimum de 3 jours de formation sur Photoshop (21h). Pour un niveau plus avancé sur Photoshop (niveau 2) est être en capacité de travailler avec Photoshop de façon beaucoup plus professionnel (savoir détourer une image ne mode masque, corriger la colorimétrie d’une image, travailler avec des filtres de façon dynamique, …), compter 3 jours de plus de formation sur Photoshop (21h). Même si en quelques jours de formation, une maitrise de l’outil n’est pas possible (la maitrise d’un outil demande de nombreuses heures de pratiques et d’approfondissement), avec une très bonne formation vous pouvez déjà en quelques jours être en capacité de postuler pour des offres de travail car vous pouvez grâce à la connaissance des outils de détourage, des techniques de retouche et de colorimétrie d’une image, retoucher, retravailler, ajuster, … de nombreuses photos et savoir les préparer pour l’impresssion ou le Web.

* personnes étant à l’aise dans un environnement Windows ou MAC et sachant manipuler correctement le clavier et la souris.

Rmq : Une formation de 6 jours sur Photoshop équivaut bien souvent à une formation de 3 mois, car la théorie n’est pas si longue. Apprendre Photoshop en 6 jours c’est donc possible, par contre il faudra au minimum quelques mois de pratique pour arriver à le maitriser. On retrouve bien souvent dans un parcours de 3 ou 6 jours un publique de personnes en activité (salariés, indépendants, artisans, …), et dans des parcours plus long un publique d’étudiants.

Formation Adobe Photoshop débutant (niveau 1) - 21h  - à distance

Qu’est-ce qu’Illustrator ?

Illustrator est un logiciel de dessin, et pour être encore plus précis, c’est un logiciel de dessin vectoriel, de création d’images vectorielles.

Vidéo officielle d’Illustrator par Adobe®

Cela veut dire quoi : qu’Illustrator nous permet de réaliser une image numérique vectorielle à partir d’outils de dessin. L’image numérique vectorielle réalisée peut certes correspondre à un dessin de type fait au crayon sur un papier ou autre, mais peut aussi très bien ressembler à une image réelle « type photographie ». C’est le talent de l’artiste qui fait alors la réalité du rendu de l’image et non l’outil !

Bien souvent dans la pratique, Illustrator sert à réaliser des logos, pictogrammes, icônes, …

Les images numériques réalisées quant à elles ne sont pas composées de pixel, mais sont le résultat d’objets, formes vectorielles qui sont le fruit de calculs mathématiques opérés par l’ordinateur. Ainsi les images affichées quelles que soit leur dimension à l’écran seront toujours « parfaites » et si on les imprime, seront adaptées aux meilleures performances d’impression de l’imprimante.

Il n’y a pas de notion de Définition, Résolution et de Taille à maîtriser quand on créait des images vectorielles avec un outil de création d’images vectorielles tel qu’Illustrator.

Rmq : Un logiciel d’image 3D est aussi un logiciel d’images vectorielles, toutefois dans Illustrator on travaille en 2D. L’industrie du film à énormément recours aux images vectorielles.

Important : Dans nos travaux, réalisations avec Illustrator on peut intégrer des images matricielles. Ce n’est pas parce que ces images matricielles sont intégrées dans nos compositions vectorielles que ces images deviennent vectorielles. Il faut alors bien avoir à l’esprit que pour ces images matricielles les notions de Définition, Résolution et de Taille sont encore présentes.

Formez-vous sur Adobe Illustrator : Créez vos logos, pictos, images vectorielles...

A savoir : Pour une formation de base sur Illustrator (niveau 1) permettant à toutes personnes* de découvrir les outils de bases de dessin vectoriel (dessiner avec les formes primitives, l’outil crayon, plume, …) ainsi que les principaux panneaux (couleurs, nuancier, contour, dégradé, …) et de pouvoir tout de même progresser tout seul par la suite (exemple à travers des tutoriaux sur Internet), compter un minimum de 3 jours de formation sur Illustrator (21h). Pour un niveau plus avancé sur Illustrator (niveau 2) est être en capacité de travailler avec Illustrator de façon beaucoup plus professionnel (connaitre le panneau aspect, vectoriser des images matricielles, créer des déclinaisons de couleurs d’un même objet, …), compter 2 jours de plus de formation sur Illustrator (14h). Même si en quelques jours de formation, une maitrise de l’outil n’est pas possible (la maitrise d’un outil demande de nombreuses heures de pratiques et d’approfondissement), avec une très bonne formation vous pouvez déjà en quelques jours être en capacité de postuler pour des offres de travail car vous pouvez grâce à l’utilisation de librairies vectorielles et de la connaissance des outils vectoriels proposer la réalisation des nombreuses choses graphiques.

* personnes étant à l’aise dans un environnement Windows ou MAC et sachant manipuler correctement le clavier et la souris.

Formation Adobe Illustrator débutant (niveau 1) - 21h  - à distance

Qu’est-ce qu’InDesign ?

InDesign est un logiciel, de mise en page, de montage de document, qu’il soit composé d’une seule page ou de plusieurs (multipages).

Vidéo officielle d’InDesign par Adobe®

Cela veut dire quoi : qu’avec InDesign on peut créer n’importe quel document avec sa mise en forme, tel que : carte de visite, affiche, plaquette, flyer, brochure, livret, catalogue, livre, e-book, e-pub, PDF, PDF interactif, …

Il est bien évident que dans la mise en forme d’un document on ait bien souvent besoin d’y insérer des images, des graphiques, des pictogrammes, … et bien qu’InDesign comporte quelques outils basics de de création de type vectoriels (outils de création d’objets vectoriels comme dans Illustrator, exemples : carré, ligne, crayon, …), il est évident que les supports visuels de type matriciel seront ou devront être préparés en amont avec d’autres logiciels mais aussi s’il s’agit d’images ou d’objets vectorielles bien spécifiques.

Important : ce n’est pas parce qu’InDesign est capable de faire afficher une image matricielle que ce soit pour autant un logiciel de la sorte. Être un logiciel d’image matricielle veut dire qu’une image peut avant tout être créé voire retouché par ce logiciel.

Formez-vous sur Adobe InDesign : Mettre en page : plaquettes, catalogues, livres...

A savoir : Pour une formation de base sur InDesign (niveau 1) permettant à toutes personnes* de découvrir les bases de la mise en page de document (créer une affiche, une plaquette, une maquette de catalogue) et de pouvoir tout de même progresser tout seul par la suite (Exemple à travers des tutoriaux sur Internet), compter un minimum de 4 jours de formation sur InDesign (28h). Pour un niveau plus avancé sur InDesign (niveau 2) est être en capacité de travailler avec InDesign et concevoir des documents plus complexe (créer des livres, travailler efficacement avec des documents en lien, créer une couverture, …), compter 2 jours de plus de formation sur InDesign (niveau 2) (14h). Même si en quelques jours de formation, une maitrise de l’outil n’est pas possible (la maitrise d’un outil demande de nombreuses heures de pratiques et d’approfondissement), avec une très bonne formation vous pouvez déjà en quelques jours être en capacité de postuler pour des offres de travail car vous saurez réaliser de nombreuses tâches comme la création de cartes de visites, affiches, plaquettes, flyers, catalogues, livres, PDF avec InDesign.

* personnes étant à l’aise dans un environnement Windows ou MAC et sachant manipuler correctement le clavier et la souris.

Formation Adobe InDesign débutant (niveau 1) - 28h  - à distance

Photoshop, Illustrator, InDesign où se croise leur utilisation

Si on s’arrête simplement à la lecture des 3 définitions de base et surtout de ce que permet le logiciel InDesign, on comprend alors vite la complémentarité des 3 logiciels.

Ce n’est pas dans InDesign que l’on va pouvoir créer ou retoucher nos images matricielles, et ce n’est pas non plus dans InDesign que l’on va perdre du temps à créer des images ou objets vectoriels très complexe, mais c’est bien dans InDesign que l’on va les mettre en page.

Maintenant pourquoi alors qu’avec les explications ci-dessus montrant l’utilisation première de chacun des 3 logiciels existe-t-il alors une problématique dans la ou les réponses apportées quand il s’agit d’un besoin précis.

Tant que la réponse à un besoin se limite à l’utilisation première d’un des logiciel, la réponse apportée reste simple.

Maintenant c’est quand la question porte sur un besoin dont la réponse peut être apportée par l’utilisation de plusieurs outils que la ou les réponses peuvent diverger suivant le degré de connaissance, de maitrise d’un ou des logiciels.

Les réponses apportées différeront suivant si :

  • La personne est une connaisseuse voir est en pleine maitrise d’un outil mais méconnait les autres
  • La personne connait (ou croit savoir connaitre) le rôle de chacun des différents outils
  • La personne utilise tellement un outil pour tout faire qu’elle ne jure que par lui
  • La personne est en pleine connaissance du rôle de chacun des différents outils (elle sait de quoi elle parle !)

Pour illustrer ce que cela donne, reprenons notre exemple de création d’une affiche.

Dans un premier temps, définissons ce que nous entendons par besoin de savoir-faire pour la création d’une affiche.

Nous avons besoin de savoir :

  • Créer un document
  • Créer et mettre en forme du texte
  • Créer, placer des éléments visuels matriciels ou vectoriels
  • Enregistrer de document dans un format compris pour le Web ou pour l’impression.

Utilisation de Photoshop, Illustrator et InDesign en connaissant ou pas des fonctions premières des logiciels

Utilisation d’InDesign par un connaisseur ou un expert

La mise en page d’une affiche (la création) peut-être réaliser à 100% avec la connaissance d’InDesign, oui mais à condition que le ou les supports visuels (matriciels et vectoriels spécifiques) si on a besoin d’en intégrer soient aux préalables créés mais aussi que leurs « règles d’intégration » soient connues (Exemple : pour intégrer une image matricielle il faut connaitre les notions de Définition, Résolution, Taille).

Un expert dira que la mise en page peut être faite par InDesign à condition si besoin d’utiliser des images matricielles ou images vectorielles préalablement créées et adaptées à notre création.

Si maintenant ces images ne nous correspondent pas et que l’on veut les retoucher, …, il faut alors connaitre un ou deux autres outils (outil d’image matricielle : Photoshop ou outil d’image vectorielle : Illustrator).

Rmq : Les visuels (matriciels ou vectoriels) peuvent être des images achetées, du Web, d’un graphiste, … d’une tierce personne.

On voit donc par cette réponse qu’un expert s’appuie des fonctions premières d’utilisation des logiciels et la réponse montre aussi bien, comment l’utilisation d’un seul ou plusieurs logiciels dépend essentiellement du :

Utilisation d’Illustrator par un connaisseur ou un expert

La mise en page d’une affiche (la réalisation) peut-être réaliser à 100% qu’avec la connaissance d’Illustrator, oui mais à condition que les images matricielles si on en a besoin d’en insérer soient au préalable créées et que leurs « règles d’intégration » soient connues (Exemple : pour intégrer une image matricielle il faut connaitre les notions de Définition, Résolution, Taille).

Un connaisseur dira alors que 75% des besoins sont couvert par Illustrator, mais que les 25% restant ne le sont qu’à des conditions bien spécifiques : que l’on ait en cas de besoin nos images matricielles déjà préparés et adaptés.

Rmq : A-t-on besoin d’images matricielles dans nos créations d’affiches avec un outil vectoriel ? Cela dépend de ce que l’on dispose et de ce que l’on veut y voir représenté !

Illustrator ou InDesign pour mise en page de document ?

Si on se réfère à la fonction première des logiciels, pour mettre en page des documents c’est InDesign, oui mais dans notre exemple on s’aperçoit que l’on peut aussi mettre en page un document avec Illustrator.

Un très bon connaisseur d’Illustrator dira qu’entre InDesign et Illustrator, le mieux c’est d’utiliser Illustrator parce qu’au fond ça fait la même chose qu’InDesign et qu’il n’y a qu’ensuite qu’un autre logiciel à connaitre celui de création ou de retouche d’image matricielle tel que Photoshop si besoin !

Le connaisseur aura dans ce cas bien précis totalement raison. S’il s’appuie seulement sur le côté « technique », les deux outils dans ce cas bien précis permettent en apparence de réaliser la même chose, oui mais.

Certes un « maitre » d’Illustrator arrivera très rapidement à faire la même chose que dans InDesign, oui mais peut-être pour une affiche, une carte de visite, … mais pour un multipage ?

De plus il lui faudra pratiquement maîtriser l’outil qu’et Illustrator pour arriver au même résultat de mise en page que dans InDesign, alors qu’avec InDesign sans maitrise il arrivera plus vite au résultat (Rmq : dans les 2 cas si les supports matriciels et/ou vectoriels sont déjà près).

Une réalité concrète : l’apprentissage des outils dans Illustrator se fait sur 2 à 3 jours, dans InDesign en ½ journée. Un exemple très concret, il existe 2 outils de texte dans InDesign, il en existe 6 dans Illustrator.

Dans InDesign on ne se limite donc qu’à l’apprentissage d’outils utiles à la mise en page et/ou de mise en forme, c’est ainsi que l’on devient donc plus vite opérationnel face à ce besoin.

Utilisation de Photoshop par un connaisseur ou un expert

Créer une affiche peut-être réaliser à 100% qu’avec la connaissance de Photoshop, oui mais à condition que les images vectorielles  si on en a besoin d’en insérer soient aux préalables créés et que les règles d’intégration (pixellisation, travailler en lien, incorporation, …) soient connues.

Un connaisseur dira alors que 75% des besoins sont couvert par Photoshop, mais que les 25% restant ne le sont qu’à des conditions bien spécifiques : que l’on ait besoins d’insérer des objets vectoriels (images vectorielles) et que donc ceux-ci soient déjà préparés.

Rmq : A-t-on besoin d’images vectorielles dans nos outils de création matriciels ? Cela dépend de ce que l’on dispose et de ce que l’on veut y voir représenté !

Le connaisseur dira alors qu’entre InDesign, Illustrator et Photoshop, c’est mieux d’utiliser Photoshop parce qu’au fond ça fait la même chose qu’InDesign et Illustrator et qu’il n’y a besoin qu’à l’occasion de connaitre un autre logiciel d’image vectorielle comme Illustrator, mais à ça il ajoutera que même cette connaissance on peut s’en passer car Photoshop permet de tout « dessiner » – « représenter » (il existe même des outils de base vectoriels dans Photoshop).

A cette dernière affirmation un expert répondra.

Comment peut-on comparer des images matricielles et images vectorielles dans leur phase de création en sachant que leur principe de création est totalement différent ? Dans Photoshop lors de la création d’un document (d’une image) on doit impérativement connaitre la notion de Définition, Résolution et de Taille, pas dans Illustrator ni InDesign.

Comment peut-on comparer des images matricielles et images vectorielles dans leur affichage sur un écran ou à l’impression quand on sait qu’en zoomant sur une image matricielle on fini par voir les pixels et donc cela à des incidence soit à l’écran soit à l’impression alors que sur une image vectorielle quelle que soit sa dimension sera toujours parfaite à l’écran ou imprimée !

Pourquoi se poser la question sur la notion de Définition, Résolution, Taille du document pour l’ensemble de notre travail alors que travailler dans des outils de type Illustrator ou InDesign cette notion n’intervient que pour ou lors d’insertion d’image matricielle ?

Pourquoi passer plus de temps à créer des calques, employer des stratégies lors du redimensionnement du document dans Photoshop alors que ces opérations sont simplifiées dans les 2 autres outils ?

Il y aurait encore d’autres points, mais l’idée ici n’est pas de mettre en avant des arguments, l’idée est de faire comprendre que même si avec un outil on entend que l’on peut tout faire, c’est surtout avec une connaissance parfois des 3 outils que l’on arrivera à mieux travailler (travailler plus efficacement).

Important : notion de gain de temps = efficacité de travail !

Photoshop, Illustrator, InDesign : comment les utilise-t-on dans la réalité

Utilisation d’un logiciel d’Adobe® en fonction d’un besoin ou de connaissances

Il est indispensable de comprendre qu’il y a différents profils d’utilisations des logiciels d’Adobe® (Photoshop, Illustrator, InDesign) pour comprendre pourquoi un outil est peut-être plus utilisé qu’un autre.

Suivant les corps de métier, nous pouvons ou pas, avoir besoin de connaitre ces trois outils.

Exemple : Un graphiste selon sa spécialité, peut n’avoir besoin de connaitre et n’utiliser qu’un seul de ces trois outils.

Suivant les besoins de réalisation, nous pouvons utiliser le même outil mais de différentes manières.

Exemple : On n’utilisera pas Photoshop de la même manière si l’on veut faire de la retouche photo que si l’on veut l’utiliser pour du placage de texture sur des objets 3D.

Suivant notre connaissance et maîtrise d’un outil nous pouvons aussi réaliser des travaux similaires qui pourraient être réaliser avec un autre outil.

Exemple : Avec Photoshop on peut créer des documents contenant du texte, des images, … mais on peut aussi réaliser ce même genre de travaux avec Illustrator et InDesign.

Pourquoi les réponses divergent quant à l’utilisation des outils graphiques et de mise en page d’Adobe®

En fonction des profils d’utilisation, de connaissance et de maitrise des outils (Photoshop, Illustrator et InDesign), nous comprendrons alors pourquoi dans la réponse qui nous sera donné quant à l’utilisation du bon ou des bons logiciels (outils) pour réaliser ce que l’on veut peut varier.

Exemple : Même si on est parfois capable de pouvoir réaliser le même travail avec l’un ou l’autre des outils, les vraies questions devraient plutôt être : « existe-t-il un outil parfaitement adapté pour faire ce que l’on doit faire ? », « quel outil est le plus efficace pour ce que l’on veut réaliser ? », …

Aujourd’hui malheureusement beaucoup de personnes connaissent et maitrise un des outils (principalement Photoshop) et comme souvent l’outil permet de réaliser à peut près ce qu’ils veulent et méconnaissant les autres outils, ils prétendent alors ne pas avoir besoin des autres mais surtout continuent à mal former ou orienter les personnes face à leurs véritables besoins.

Pour donner une image simple pour tous ceux connaissant Word et Excel.

Dans Word on peut faire des tableaux, de la facturation, pourtant on est bien d’accord qu’Excel est avant tout conçu est penser pour ces opérations !

Aujourd’hui il y a donc bien souvent une lutte entre connaisseurs (qui sont peut-être en maitrise) d’un seul logiciel et experts des 3.

Exemple : pour certains graphistes, s’ils veulent réaliser des affiches, cartes de visites Photoshop est l’outil roi. Pour un expert, l’outil qui devrait venir à l’esprit serait plutôt InDesign en adéquation avec Photoshop et Illustrator (voir les explications plus haut du rôle de chacun des outils). C’est souvent sur la réponse de l’expert que les personnes connaisseuses ou pas d’un outil remettent alors en cause la réponse. Les personnes pensent que la réponse donnée est imprécise car on renvoie sur l’études des trois logiciels alors que pour le connaisseur la réponse est simple, Photoshop suffi à tout faire !

Rmq : pour un expert, effectivement avec Photoshop on peut tout faire, mais tout faire, ne veut pas dire que ce soit l’outil adapté à tout ! Exemple : on peut planter des clous avec le talon d’une chaussure, pourtant c’est avec un marteau qu’on y arrivera le mieux !

Si on s’appuie sur l’exemple de l’image entre Word et Excel, on comprendra que si l’on veut faire du publipostage, un expert des 2 logiciels donnera alors comme solution l’utilisations des 2 logiciels alors qu’un connaisseur de Word ferra cette même opération qu’avec son utilisation unique.

A savoir : Dans la réponse apportée, bien souvent la personne non connaisseuse se contentera de se dire qu’il est plus simple d’apprendre un seul outil que plusieurs et donc se limitera à ne vouloir entendre que la réponse du connaisseur. Toutefois, elle oublie de prendre un autre paramètre c’est la notion de temps, mais là encore la personne va faire une erreur. La personne va associer la notion de temps à la notion de connaissance d’outil, alors que la notion de temps dans une pérennité s’associe à une la notion de rapidité d’exécution.

Exemple : Certes pour quelqu’un qui doit faire un tableau et qui connait Word il va le réaliser très vite plutôt que d’apprendre Excel, oui mais si cette personne à des tas de tableaux à réaliser et qu’en plus elle doit sans servir de façon efficace, l’apprentissage d’Excel même si pour y arriver va lui prendre du temps dans la durée sera toujours plus infime que le temps passer ensuite à « bidouiller » dans Word ! Gagner du temps c’est donc bien gagner en efficacité !

Utiliser le meilleur outil, gagner du temps : gagner en efficacité

Dans un premier temps, il ne faut pas s’appuyer sur une réponse d’un connaisseur ou d’un expert pour savoir de quel logiciel de la suite Adobe® (Photoshop, Illustrator, InDesign) nous avons besoin, mais il est déjà fondamental de comprendre ce que fait chacun des logiciels à la base pour ensuite bien comprendre qu’elle est le meilleur outil à utiliser selon un besoin !

Exemple avec Word et Excel et le publipostage : Je vais créer mon tableau de clients avec Excel car c’est le logiciel fait pour ça, et je vais utiliser ce tableau avec Word pour réaliser la création de mes étiquettes clients car Word est le logiciel qui me permet de personnaliser mes étiquettes.

Il en est bien de même pour l’utilisation des outils graphiques de la suite Adobe®. On peut réaliser certaines tâches dans un logiciel (exemple : Photoshop), d’autres dans un autre (exemple : Illustrator) et assembler le tout dans un troisième (exemple : InDesign).

Conclusion sur l’utilisation des outils d’Adobe® Photoshop, Illustrator et InDesign

Si on se réfère en tant que débutant aux fonctions premières d’utilisation de ce que font chacun des outils, la progression de son travail sera beaucoup plus grande et rapide que de ne se contenter qu’à la volonté de tout vouloir pouvoir faire qu’avec un seul outil.

Exemple : Si je veux faire une affiche un expert travaillera avec InDesign et si besoin il insérera ses images qu’il aura ou pas été en capacité de créé dans l’un ou l’autre des 2 autres outils (Photoshop et Illustrator).

Toutefois il est bien clair que suivant le besoin, la profession que l’on a, il n’est absolument pas nécessaire de connaitre les trois outils, exemple un photographe n’a peut-être pas besoin d’apprendre à faire de la mise en page de document, mais il a simplement besoin de savoir retoucher ses images matricielles avec Photoshop.

Pour conforter l’argument qu’il est faux de penser qu’il est plus simple de n’apprendre qu’un seul outil et de vouloir tout apprendre à faire qu’avec lui (si même les explications ci-dessus n’ont pas suffi, exemple tout vouloir faire avec Photoshop), Adobe® à « normaliser » le plus possible ses interfaces (leur à donner au plus possible la même apparence : similarités dans la mesure du possible des menus, outils, panneaux) pour que justement l’utilisateur trouve facile de passer d’un logiciel à un autre tout en ayant l’illusion le plus possible qu’il est toujours dans le même espace, ainsi l’utilisateur trouve ainsi très vitre ses repères et travail efficacement avec chacun d’entre eux !

Exemple : Quand on apprend les outils d’Illustrator, on n’a pratiquement appris la totalité des outils d’InDesign. Quand on connait certains panneaux comme le panneau paragraphe, on les connait dans les 3 logiciels

A savoir : Une bonne formation Adobe® de base sur chacun des trois logiciels (Photoshop, Illustrator, InDesign), permet déjà d’arriver à un très bon niveau de prise de décision face à un besoin à réaliser. Savoir quel est le meilleur outil à utiliser pour quel besoin.

Formation Adobe (P.A.O.) débutant (niveau 1) - 70h  - à distance

Pour comparer chez Adobe® Illustrator et Photoshop :